Temps de lecture : 2 minutes.

 

Le 30 avril 2020 a été publiée la première évaluation de la prise en charge des acouphènes chroniques par la sophrologie. Cette étude a mis en avant l’efficacité d’un protocole de sophrologie spécifiquement adapté aux acouphènes chroniquesEn tant que membre du Pôle Sophrologie et Acouphènes j’utilise ce protocole dans mes accompagnements en cabinet.

Je vous donne ici les principaux éléments de cette étude (par ailleurs disponible dans son intégralité dans les Annales Européennes ORL, lien sous cet article).

Il est important de préciser que l’entrainement autonome entre chaque séance est la clé de résultats durables (enregistrements fournis à chaque séance).  Chaque personne est unique par ailleurs. L’objectif du sophrologue est avant tout d’accompagner la personne en souffrance, en l’aidant à renforcer ses ressources personnelles face à la présence de l’acouphène.

Contexte de l’étude :

Cette première évaluation a été menée pendant plus d’un an par 17 sophrologues du Pôle Sophrologie et Acouphènes, conjointement avec des médecins ORL spécialisés (Drs M. Ohresser, M. Kossowski et A. Londero).  Son objectif était d’évaluer les effets du protocole spécifique développé par Patricia Grévin (fondatrice du Pôle Sophrologie et Acouphènes et vice-présidente de l’AFREPA) sur les acouphènes dits “subjectifs”

Les acouphènes subjectifs, non liés à une maladie de l’oreille interne, représentent 95% des acouphènes en France, et peuvent générer une véritable souffrance chez les personnes qui en sont atteintes. Il était donc primordial de pouvoir mesurer de manière objective les effets d’un accompagnement sophrologique spécifique sur ce type d’acouphènes.

140 patients ont participé à ce travail d’évaluation rigoureux réalisé sur le terrain, en cabinet libéral. Ils ont été accompagnés sur une période de 2 à 4 mois (6/8 séances d’une heure, associées à un entraînement autonome à domicile).

En quoi le protocole de sophrologie testé est-il considéré comme “spécifiquement adapté” à la prise en charge des acouphènes ?

Le protocole testé comporte plusieurs étapes permettant la mise en place progressive du “processus d’habituation” (mise à distance de l’acouphène, gestion autonome du symptôme, amélioration de l’anxiété, du sommeil, de la concentration). 

Les sophrologues membres du Pôle proposent à travers ce protocole plusieurs axes de travail, organisés autour des sphères émotionnelle, sensorielle, cognitive et comportementale. 

L’évaluation des résultats se base sur un questionnaire largement utilisé sur le plan international : le questionnaire THI (Tinnitus Handicap Inventory), qui permet de mesurer le retentissement et le handicap liés aux acouphènes sur la vie quotidienne des personnes en souffrance. Celui-ci est proposé en début et en fin d’accompagnement, et est transmis au médecin ORL afin de permettre une prise en charge globale des patients.

Quels sont les principaux résultats de cette étude ?

Cette évaluation a d’abord mis en évidence une amélioration significative de la qualité de vie des personnes accompagnées, et ce indépendamment :

  • de l’ancienneté de l’acouphène,
  • de son mode de survenue (brutal ou progressif),
  • de son origine (traumatisme sonore, choc émotionnel, autres causes…),
  • de sa sévérité (score THI).

Elle a également mis en avant l’efficacité d’une prise en charge brève (2 à 4 mois), avec une baisse significative du handicap lié à l’acouphène : la diminution moyenne du score évalué par le questionnaire THI en fin de suivi est de 51,9% par rapport au score de début de suivi.

Les patients ont par ailleurs exprimé une baisse de la gêne ressentie et du caractère intrusif des acouphènes. Ils ont également exprimé avoir retrouvé une meilleure concentration, un meilleur sommeil et une vie sociale satisfaisante.

etude scientifique sophrologie acouphenes

IMPORTANT : Avant tout accompagnement en sophrologie un bilan chez un médecin ORL doit dans tous les cas être réalisé. L’objectif de ce bilan est notamment d’écarter tout risque de maladie de l’oreille (neurinome de l’acoustique, otospongiose, maladie de Ménière…). 

* Source de l’article et du graphisme : « Première évaluation de la sophrologie pour le traitement des acouphènes subjectifs », Annales Européennes ORL.

N’hésitez pas à me contacter pour tout renseignement sur mes accompagnements (en cabinet et téléconsultation).